Faculté de Chirurgie Dentaire de l'Universite de Rennes 1

  • 2, Avenue du Professeur Léon Bernard (Bât 15)
    35043 Rennes Cedex

  • Téléphone : 02 23 23 43 41
  • Fax : 02 23 23 43 93

Les édulcorants

Qui sont-ils ?

Les édulcorants, également appelés sucres de substitution ou faux-sucres, sont des additifs alimentaires ayant un goût sucré. Ils sont de plus en plus utilisés dans les produits alimentaires pour remplacer le saccharose (sucre couramment utilisé), car ils apportent moins de calories que le sucre, et sont non cariogènes (ne provoquent pas de caries).
En effet, les bactéries buccales transforment le sucre (saccharose, glucose, fructose, lactose, amidon) en acide. Cet acide attaque l'émail de la dent et entraîne une carie. L'intérêt des édulcorants est qu'ils ne sont pas ou peu utilisés par les bactéries, évitant ainsi la formation d'acide et donc de caries.
Les édulcorants les plus connus sont l'aspartame, l'acesulfame de potassium, le sorbitol, et le xylitol. Depuis septembre 2009, un nouvel édulcorant, le rébaudioside A issu d'une plante, la stévia, est autorisé en France comme additif alimentaire.

 

Deux familles

Les édulcorants peuvent être répartis en deux familles :
les édulcorants intenses : ils ont un fort pouvoir sucrant (exemple : l'aspartame a un pouvoir sucrant équivalent à 400 fois celui du saccharose) et n'apportent pas ou peu de calories.
les édulcorants de masse, également appelés édulcorants de charge ou polyols (exemples : sorbitol, xylitol) : ils ont un pouvoir sucrant égal ou inférieur à celui du saccharose, et apportent moins de calories que ce dernier.

Les édulcorants autorisés en France

voir tableau en fin de page

Où les trouvons nous ?

On trouve ces édulcorants dans de nombreux produits alimentaires dits « allégés »    comme les compotes, les yaourts, les crèmes glacées, dans les boissons « light », dans des bonbons  et des chewing-gums, dans les comprimés pour sucrer le café, ainsi que dans des médicaments et des dentifrices. Pour les repérer, il faut lire les étiquettes.
On peut également acheter ces édulcorants sous forme de poudre ou de liquide. Certains édulcorants ne supportent pas la cuisson, ce sont les édulcorants de table. D'autres supportent la chaleur et peuvent être utilisés en cuisine dans les gâteaux par exemple, ce sont les édulcorants de cuisson.

 

Quels sont leurs intérêts ? Et dois-je remplacer le sucre que je consomme au quotidien par des édulcorants ?

Comme dit précédemment, les édulcorants ont pour principal avantage, comparé au sucre, d'être moins calorique et non cariogène. En complément d'une alimentation équilibrée, les édulcorants peuvent en partie remplacer le sucre et être utilisés par des personnes ayant besoin de diminuer ou de contrôler leurs apports caloriques tout en gardant le plaisir de manger.
Cependant, le sucre et les aliments sucrés consommés raisonnablement au quotidien nous sont utiles car ils nous apportent de l'énergie, il ne faut pas tenter de les supprimer totalement de notre alimentation mais apprendre à contrôler cette consommation de sucre.
Il est à noter que certains édulcorants ont un goût amer et ne peuvent pas être pris en grande quantité pour cette raison. De plus, les édulcorants ne doivent pas être un moyen de manger plus sucré, cela pourrait entraîner une accoutumance à ce goût sucré et ferait prendre de mauvaises habitudes alimentaires.

Néanmoins, les édulcorants peuvent être intéressants et recommandés dans certaines situations. Il est conseillé :

  • de prendre des boissons ou sodas « light » pour les grands consommateurs qui ne peuvent pas s'en   passer (l'idéal reste de réduire sa consommation de soda et jus de fruit car ces boissons sont acides et attaquent les dents)
  • de remplacer les bonbons par des confiseries édulcorées
  • de mâcher des chewing-gums sans sucre contenant du xylitol après un repas quand le brossage des dents n'est pas possible
  • de choisir des médicaments et sirops sans sucre (qui contiennent alors des édulcorants) lorsque cela est possible (surtout pour les enfants qui n'ont pas encore une bonne hygiène bucco-dentaire)

Les produits édulcorés et allégés peuvent aussi être conseillés aux personnes diabétiques et aux personnes en surcharge pondérale, en complément d'un régime alimentaire, à condition de bien lire les étiquettes concernant l'apport énergétique.

Pourquoi mâcher des chewing-gums au xylitol est-il bon pour mes dents?

Les chewing-gums sans sucre au xylitol présentent un effet « anti-caries » :

  • ils n'apportent pas de sucres cariogènes
  • ils stimulent la production de salive qui nettoie les dents
  • ils diminuent le nombre de bactéries buccales responsables de la carie dentaire.

Mâcher un chewing-gum au xylitol pendant au moins 5 minutes est donc conseillé quand le brossage des dents n'est pas possible, mais il ne le remplace pas ; le brossage des dents après chaque repas reste la meilleure solution pour lutter contre la carie dentaire.

  

Les édulcorants sont-ils sans risque pour la santé ?

Pris en grande quantité, les édulcorants peuvent être toxiques, et/ou entraîner des troubles digestifs. C'est pourquoi certaines précautions sont nécessaires en ce qui concerne leur consommation :

  • Les édulcorants sont interdits dans les aliments pour nourrissons de moins de 3 mois, et ils sont fortement déconseillés aux enfants de moins de 3 ans.
  • La présence de certains édulcorants dans des produits alimentaires entraîne un avertissement sur l'emballage :
    • les polyols : « une consommation excessive peut avoir des effets laxatifs». (En effet, les polyols pris en grande quantité peuvent donner des troubles digestifs : gaz, ballonnements, diarrhée.)
    • l'aspartame et le sel d'aspartame-acésulfame : « contient une source de phénylalanine » (Ces édulcorants sont donc contre-indiqués pour les personnes souffrant de phénylcétonurie)

Une Dose Journalière Acceptable (DJA) (en mg par kg de masse corporelle) a été définie pour chacun de ces édulcorants, en dessous de laquelle la consommation des édulcorants est considérée sans risque. Des doses maximales autorisées ont également été définies pour chaque catégorie d'aliment, de sorte qu'une personne ayant une alimentation normale et variée ne dépasse pas sa DJA.
Une controverse existe en ce qui concerne une éventuelle toxicité des édulcorants intenses (notamment l'aspartame) qui restent cependant autorisés en France. Récemment, l’Anses (Agence nationale de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a rappelé que de nombreuses études scientifiques ont été analysées et qu’une révision de la DJA de l’aspartame n’était pas justifiée. Cependant, étant donné que certaines questions sont posées sur l’intérêt des édulcorants, « l’Anses mettra en place prochainement un groupe de travail chargé d’évaluer les bénéfices et les risques nutritionnels des édulcorants et la nécessité éventuelle d’élaboration de recommandations pour les populations les plus concernées. » (Anses – Saisine n° 2011-SA-0015)

Les édulcorants autorisés en France

En gras : édulcorants intenses
En italique : polyols

Sorbitol et sirop de sorbitol E420 DJA non spécifiée
Mannitol E421 DJA non spécifiée
Acesulfame de potassium E950 DJA = 15 mg/kg
Aspartame E951 DJA = 40 mg/kg
Acide cyclamique et cyclamate (de calcium, potassium, sodium) E952 DJA = 11mg
Isomalt (isomaltulose hydrogéné) E953 DJA non spécifiée
Saccharine (de potassium, ou sodium ou calcium) E954 DJA = 5 mg/kg
Sucralose (=Trichlorogalactosaccharose) E955 DJA = 15 mg/kg
Alitame E956 DJA = 1 mg/kg
Thaumatine E957 DJA non spécifiée
Liquorice (= acide glycyrrhizique) E958 DJA = 100 mg/kg
Dihydrochalcone de néohespéridine E959 DJA = 5 mg/kg
Glucosides de stéviol (stéviol et rébaudioside A(1)) E960 Stéviol DJA = 4 mg Rébaudioside A DJA = 12 mg
Neotame E961 DJA = 2 mg/kg
Sel d'aspartame-acésulfame E962 DJA = 40 mg/kg
Tagatose E963 DJA non spécifiée
Sirop de polyglycitol E964 DJA non spécifiée
Maltitol et sirop de maltitol E965 DJA non spécifiée
Lactitol E966 DJA non spécifiée
Xylitol E967 DJA non spécifiée
Erythritol E968 DJA non spécifiée
(1) seul le rébaudioside A est aujourd'hui autorisé en France

Les DJA sont exprimées en mg/kg de masse corporelle. (Valeurs données par le Comité mixte FAO/OMS d’experts des additifs alimentaires « JECFA »)